Films Ecriture Expositions Conférences
Contact Matériel étudiants Science  et Joie
 
     
 

Dernières
nouvelles

 
 

- systeme locomoteur

- Trucs d'étude

- Edu Sexuelle sec 3

- Brainbee 2016

mai 2017

 

Plasmolyse de l'oignon rouge
 

Vous devrez observer la réaction de cellules d'oignons rouges qui se retrouvent dans un milieu hypertonique salin.
Pour faire une bonne observation, assurez-vous de ne prélever qu'une couche mince colorée (la superposition de plusieurs couches minces rend l'observation plus difficile).

Image 1: couches minces oignon rouge

Vous constaterez qu'il y a plusieurs couches d'oignons ici. Bien que la mise au point (le foyer) soit faite sur une couche précise, on distingue les membranes cellulosiques d'une couche inférieure (quadrillage flou en arrière plan).

Prélever une fine membrane rouge d'oignon. Attention, si la membrane est trop épaisse, il sera plus difficile de bien observer une seule couche de cellules.

image 2: mince pellicule oignon

Vous devrez déposer une goutte de solution saline d'un côté de la lamelle et, de l'autre côté, absorber le liquide grâce à du papier buvard, comme le montre sur le schéma ci-dessous:

image 3: technique de circulation

Le papier buvard aspire la solution saline qui doit circuler sur les cellules d'oignon, entre la lame et la lamelle. Vous observerez le phénomène suivant (cliquez sur l'image pour voir le film en accéléré).

image 4: films cellules oignons rouges vision d'ensemble.

. .
Gt = 100X

Vous pouvez refaire l'expérience en observant la plasmolyse à un plus fort grossissement.

Image 5: film cellules
oignons rouges, Gros plan

Gt = 400X

Pour plus d'information, voyez le site de Georges Dolisi sur le sujet ainsi que le site biopathe.

Les végétaux ont une membrane cellulosique rigide qui les soutien et les protège. Si on remet l'échantillon d'oignon dans un environnement hypotonique (concentration de soluté inférieure à celle du cytoplasme de la cellule), l'osmose s'effectuera dans le sens inverse. Lorsqu'il pleut, les plantes baignent dans l'eau. Par osmose, l'eau entre dans les cellules. Normalement, l'osmose se poursuit jusqu'à l'équilibre des concentrations des milieux intra et extra cellulaires mais chez la plante, s'il pleut beaucoup ou s'il y a inondation, ses cellules risquent de gonfler indéfiniment. Elles exploseraient s'il n'y avait pas la membrane cellulosique rigide qui maintient l'intégrité les cellules et marque un maximum d'entrée d'eau (une limite) qu'on appelle turgescence.

Les cellules animales n'ont pas cette chance, inondées, elles gonflent et éclatent. On appelle ce phénomène le choc osmotique. Voyez la mort d'un protozoaire victime d'un environnement hypotonique.

 
 
[ Retour ]
 
 

www.CatherineFol.com Copyright 2015 Catherine Fol
Réalisation Sébastien Gauthier février 2005