Quelques surfaces géométriques étudiées par Maryam Mirzakhani. Photo: dessin de Gabrielle Doiron-Henry, 2018.

Maryam Mirzakhani : Mathématiques


Qui est-elle?

Maryam Mirzakhani, (2014, lieu inconnu). Source: Stanford News Service (autorisation d'utilisation donnée par EJ Miranda)
Maryam Mirzakhani était une mathématicienne d’origine Iranienne. Elle est née le 5 mai 1977 à Téhéran, en Iran et est décédée le 14 Juillet 2017 à Stanford, en Californie suite à un cancer. Elle a commencé à s’intéresser aux mathématiques en partie grâce à son frère, qui lui a montré un livre sur le mathématicien Friedrich Gauss qui explique comment faire la somme de tous les entiers de 1 à 100 facilement. Maryam avait dit, lors d’une entrevue qui a eu lieu à Stanford avec la contribution de Thomas Lin⁽¹⁾, qu’au début de son secondaire, elle n’avait pas de très bons résultats en mathématiques. Son professeur trouvait qu’elle n’était pas douée et cela la démoralisait. Elle s’était alors désintéressée des mathématiques. L’année suivante, elle a eu un professeur plus encourageant, ce qui l’a aidé à améliorer ses résultats⁽²⁾. Sa thèse a été qualifiée de Chef d’oeuvre par le Stanford News.⁽³⁾ Elle était passionnée de mathématiques et travaillait sur la topologie et la géométrie, dont la géométrie des surfaces de Riemann. Elle a aussi travaillé sur la géométrie hyperbolique, l'espace de Teichmüller, l'espace de modules, la théorie ergodique et la géométrie symplectique. Elle se faisait des images mentales des mathématiques et les dessinait sur de grandes feuilles de papier pour mieux les comprendre.⁽⁴⁾

Contribution Scientifique

Elle a découvert une nouvelle manière de calculer l’aire des surfaces hyperboliques, par exemple, d’une selle à cheval et elle a réussi à établir des liens qui n’avaient jamais été considérés avant entre les surfaces hyperboliques et d’autres domaines des mathématiques. Elle a aussi prouvé que le nombre de géodésiques sur une surface hyperbolique augmente de manière polynomiale, et non exponentielle. Cela a permis une grande amélioration dans la réalisation de simulations exhaustives.⁽⁵⁾

Reconnaissances principales

  • Membre associée étrangère à l'Académie des sciences française (17 novembre 2015)
  • Première et seule femme (pour l'instant) à avoir reçu le prix Fields (2014)
  • Clay Research Award (2014)
  • Oratrice plénière au Congrès international des mathématiciens (2014)
  • Simons Investigator (2013)
  • Prix Ruth Lyttle Satter(2013)
  • Oratrice invitée au Congrès international des mathématiciens sur «Topology and Dynamical Systems & ODE» (2010)
  • Blumenthal Award (2009)
  • Clay Mathematics Institute Research Fellow (2004)
  • Médaille d'or aux Olympiades internationales de mathématiques (1994 et 1995)

Références

  1. Thomas Lin
  2. KLARREICH, Erica. Quanta magazine; A Tenacious Explorer of Abstract Surfaces, [En ligne], 12 août 2014, (Page consultée le 2018-04-16).
  3. CHAVEROU, Eric. France culture; Mathématiques : le destin hors norme de Maryam Mirzakhani, première lauréate de la Médaille Fields, [En ligne], 16 juillet 2017, (Page consultée le 2018-03-21).
  4. MYERS, Andrew et CAREY, Bjorn. Stanford News; Maryam Mirzakhani, Stanford mathematician and Fields Medal winner, dies, [En ligne], 24 juillet 2017, (Page consultée le 2018-04-16).
  5. CHAS, Moira. Pour la science; Les élégantes explorations mathématiques de Maryam Mirzakhani, [En ligne], 15 août 2017 à 14h00, (Page consultée le 2018-04-17).

Auteure

    Gabrielle Doiron-Henry 2018