Films Ecriture Expositions Conférences
Contact Matériel étudiants Science  et Joie
 
     
 

Dernières
nouvelles

 
 

- systeme locomoteur

- Trucs d'étude

- Edu Sexuelle sec 3

- Brainbee 2016

mai 2017

 

TRUCS POUR ETUDIER

  1. Les filles: championnes en sciences

    Pour réussir, il faut d'abord croire en ses capacités. Oubliez tout ce qu'on dit sur les cerveaux de filles ou de garçons: l'intelligence humaine se développe, pourvu qu'on lui en donne l'opportunité.
    Croyez en vous:
    bûchez, travaillez, étudiez; le monde vous appartient!


  2. Moyens mnémotechniques - CRÉER SES LIENS
    Il existe plusieurs types de mémoire et de méthodes d'apprentissage. (référence : apprendre à apprendre, UC San Diego)

    LA MÉMOIRE DE TRAVAIL peut retenir entre 7 et 9 informations en parallèle. Cela nous permet de lire une phrase, celle-ci par exemple, et de la comprendre.
    Mais pour garder en mémoire des informations, le cerveau a besoin de créer des liens, des associations. La méthode sélectionnée au fil de l'évolution humaine est l'HISTOIRE. Les champions de la mémorisation utilisent cette technique. Ils associent des mots, des chiffres ou même, des cartes à jouer, à des images ou des personnages.
    Par exemple, pour retenir l'ordre arbitraire d'un jeu de cartes, un champion pourrait associer les cartes #10 à des terrains de jeu, soit le 10 de trèfles, un golf. Pour le champion du monde Dominic O'Brien, la carte dame de coeur est la princesse Diana. Dès lors, la succession des cartes dame de coeur suivie du 10 de trèfles donne : "la princesse Diana joue au golf". Il est facile de se souvenir d'une histoire. On retient l'histoire, ensuite, on la retraduit en cartes. Comme il y a 52 cartes à jouer, on retient 52 informations seulement. (En 2002, M. O'Brien a retenu d'un coup la succession de 2808 cartes à jouer, une belle histoire!)
    L'histoire, c'est ainsi que nos ancêtres, autour du feu, apprenaient aux plus jeunes comment survivre. Nous avons évolué pour intégrer facilement des millions d'histoires.
    Il existe aussi une MÉMOIRE MUSICALE, celle qui nous fait retenir des comptines comme "mais où est donc or ni car" ou la circonférence d'un cercle est "2 Pi r" plutôt que "Pi 2 r". Le rythme et la sonorité de certains mots s'inscrivent aisément dans un cerveau qui aime chanter ses leçons.
    La MÉMOIRE VISUELLE nous fait voir avec les yeux ou avec les yeux de l'esprit. On imagine des dessins, un tableau. On peut aussi se remémorer la géolocalisation d'une leçon. On "voit" la page et l'encadré en bas à gauche où était inscrite l'information qu'on cherche. On peut aussi construire un palais de mémoire, une image cérébrale où, tel un artiste, on dessine les objets à retenir. Il ne faut pas hésiter à créer une image saugrenue; le cerveau retient bien l'insolite qui émoustille sa raison. Par exemple, dans votre chambre, juste au dessus de votre lit, apparaît une grosse racine d'arbre alors que deux bébés siamois mangent chacun deux assiettes de céréales! Une image irréelle pour se rappeler que la racine de b2 - 4ac est le déterminant.
    LA MÉMOIRE DU CORPS est celle qui s'inscrit dans les muscles qui bougent. Elle permet non seulement d'activer la circulation sanguine et d'oxygéner le cerveau mais aussi, pour plusieurs, de retenir une leçon. Danser en cadences, les bras en l'air, les bras en bas, inscrire le rythme d'une leçon dans son corps, c'est utiliser la mémoire du corps (parlez-en aux comédiens). Certaines personnes ont besoin de bouger le corps de manière superficielle pour concentrer leur attention. Elles vont faire vibrer un crayon dans leur main ou sursauter rapidement un pied ou une jambe; elles vont griffonner ou dessiner pendant que leur attention se concentre sur la voix de l'enseignant. Chaque cerveau est unique et il semble trivial que chaque corps, connecté à un cerveau, réagisse de manière unique lui aussi.

    Toutes ces techniques ont un point commun: c'est l'étudiant qui crée SES liens. C'est pour cela qu'il s'en souvient!

  3. Faire une synthèse, c'est s'approprier le monde


  4. Notes manuscrites ou tapées sur un clavier?

    On dit que c'est la nature habilis de l'humain qui le distingue des autres animaux. Or, cette aptitude se révêle à travers le lien intime qui existe entre la main et le cerveau homosapiens, une connexion fruit de l'évolution. C'est ce qui fait dire à Virginia Berninger que "l'écriture à la main engage le cerveau".

    Curieusement, les élèves qui tapent une leçon sur un clavier, le font mot à mot, alors que les élèves qui prennent des notes manuscrites, sélectionnent les mots utiles. Cette sélection oblige le cerveau à déjà faire une première synthèse et donc, à être dans la réflexion plutôt que dans la copie. Les études le prouvent, les élèves qui écrivent, réussissent mieux (10%) que ceux qui tapent.


  5. dormir, rêvasser, griffonner...
    On dit que le cerveau fonctionne sur deux modes, le mode focus, concentré, et le mode diffus, artistique (référence: Pr. Barbara Oakley, Oakland university). Après s'être bien concentré à l'étude et avoir bien nourri le cerveau rationnel, n'ayez pas peur de le laisser rêvasser. Faites-lui confiance. Il inscrira alors des liens cérébraux d'une façon différente. Les données retenues rationnellement sont comme des ancrages. Pour les mémoriser, laissez le cerveau diffus créer des liens à sa manière plus sensoriel ou imaginative. Ainsi, vos informations seront inscrites en vous de manière ordonnée et de manière plus brouillonne. Deux têtes valent mieux qu'une!
    Et surtout, n'oubliez pas de dormir sur votre leçon. Le cerveau en sommeil se nettoie des déchets de la journée et inscrit les apprentissages en fixant les synapses. Un cerveau qui ne dort pas ne peut pas apprendre.

  6. suivre les conseils des experts

   
     
 

www.CatherineFol.com Copyright 2011 Catherine Fol
Réalisation initiale Sébastien Gauthier février 2005