Films Ecriture Expositions Conférences
Contact Matériel étudiants Science  et Joie
 
     
 

Dernières
nouvelles

 
 

- Trucs d'étude

- Sites sec 3

- NUTRITION

- Edu Sexuelle sec 1

novembre 2017

 
 

Publié dans Québec Science
Septembre 2003

"Fol" d'Einstein

"Ce que nous pouvons connaître de plus beau, c'est le mystère", nous dit le dernier film de Catherine Fol sur le père de la physique moderne.

Par Mélanie Saint-Hilaire

La réalisatrice Catherine Fol aime bien Dali. Mais c'est un autre peintre, René Magritte, qui lui a inspiré les images les plus éloquentes de son récent documentaire. En 1935, le surréaliste belge a peint une fenêtre dont les rideaux encadrent un paysage... brossé lui aussi sur toile. La condition humaine - le titre de cette oeuvre - interroge la finesse de nos perceptions. Savons-nous voir le monde ou seulement l'idée que nous nous en faisons?

Cette question métaphysique a donné à Catherine Fol l'idée d'un film scientifique, Ceci n'est pas Einstein. "Qu'est-ce que la science connaît de la réalité?" demande l'ingénieure physique, devenue cinéaste, dans ce court métrage qui complète la trilogie scientifique entamée avec Toutatis (film sur l'astronomie, prix de la meilleure oeuvre québécoise au festival Téléscience de 1996) et Le lien cosmique (sur la biologie).

Cette fois, elle se penche sur la physique. Une science qui, à vue de nez, semble moins propice à expliquer le monde qu'à nourrir l'imagination des amateurs de science-fiction. Pour l'auditeur moyen, les histoires de neutrons, protons et électrons semblent aussi fantasmagoriques que les fables surnaturelles de nos grands-pères. Et que dire de la mécanique quantique... "On croit comprendre, puis on se rend toujours compte qu'on n'a rien compris", assène Françoise Balibar, physicienne française interviewée dans le film et traductrice attitrée des écrits d'Albert Einstein.

À quoi sert la science? Que nous apprend-elle sur la condition humaine? Catherine Fol a cherché une réponse chez Einstein - dans des traductions officielles, précise la cinéaste, qui a lu les oeuvres complètes en six volumes. "Je me suis attardée aux passages où il parle de ce que la science signifie pour lui. Je voulais toucher aux fondements mêmes de la pratique scientifique." Le père de la relativité, qui aimait fumer la pipe et faire chanter son violon, est devenu pour elle une "idole" par sa pensée philosophique et humaniste, qui va bien au-delà de E=mc2.

"Ce que nous pouvons connaître de plus beau, c'est le mystère", disait-il. Ce qui ne l'a jamais empêché de vouloir le percer! Comme la protagoniste de Ceci n'est pas Einstein, interprétée par l'actrice Pascale Montpetit (et Madeleine, la propre fillette de la cinéaste, dans le rôle de l'enfant). Enfermée dans sa "petite biologie à cinq sens", la jeune femme tente de déterminer comment la science redéfinit l'homme. Que signifie le temps quand on peut admirer la lumière d'une étoile des années après sa mort? Un et un font-ils vraiment deux? La rencontre avec Françoise Balibar et l'astrophysicien états-unien Trinh Xuan Thuan l'aideront à voir comment répondre à ces questions.

Ceci n'est pas Einstein n'est pas un documentaire scientifique. C'est plutôt une réflexion ludique sur la soif de savoir. "L'imagination est plus importante que la connaissance. La connaissance a ses limites, tandis que l'imagination embrasse le monde", disait Einstein. Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Avec Catherine Fol, qui ne craint pas les images assistées par ordinateur, des poissons volent dans le ciel, une échelle traverse les nuages, et une femme bondit à travers un mur de briques! À ses films, la réalisatrice injecte une dose de poésie par la lente succession des plans, laissant nos rétines s'imprégner de la beauté d'une étoile en fusion ou du spectre des couleurs. "Je veux susciter des émotions", dit-elle.

Diplômée de l'École polytechnique, Catherine Fol se destinait à l'astrophysique. Son destin a basculé en 1988 pendant la Course des Amériques, défunte émission de Radio-Canada. Ses reportages lui avaient valu le premier prix, assorti d'un stage à l'Office national du film.

À 38 ans, avec Ceci n'est pas Einstein, elle réaffirme son intérêt pour le cinéma scientifique. "J'aime vraiment trop ça!" lance-t-elle avec un soupir de bonheur. À l'instar d'Einstein, elle voit désormais les humains comme autant de maillons d'une longue chaîne. À chacun de transmettre le savoir de ses prédécesseurs, bonifié de sa propre contribution, si modeste soit-elle. "Ici s'achève ma tâche", aurait murmuré Albert Einstein en expirant. Pour Catherine Fol, sa disciple du septième art, elle ne fait que commencer.

[ Retour ]

 
     
 

www.CatherineFol.com Copyright 2017 Catherine Fol
Réalisation initiale Sébastien Gauthier février 2005